21-01-2023 : Recueil Poèmes Grinçants étiquetée chasse
Laisser un commentaire
(6 en attente de validation)
Fermer

Les chiens n’aboient pas dans le vallon mais ils gueulent
Non aux sangliers mais contre leurs snipers veules
Qui armés de technologie traquent leurs proies
Sans aucun souci de la vie. Ils sont les rois
Qui décident seuls des droits de vie et de mort,
Laissant le renard agoniser, triste sort,
Fiers du sanglichon qu’à plusieurs ils vont abattre,
Sûrs que sous peu un cœur va s’arrêter de battre.


Imbus de leur position, bien droits dans leurs bottes
Ils annoncent leurs battues morbides (entre potes) :
« A vos risques et périls, bobo baladeurs !
Nous ratissons la forêt pour votre bonheur.
 »

Tout à coup, du chemin forestier ils déboulent,
Quatre quatre rugissants ! C’est toute une foule
De chauffeurs oranges : tournerait-on un film ?
Sans doute : des méchants courent après leur victime…

Ça pourrait faire rire, mais du sang va couler,
Une vie s’abréger, un être s’écrouler.
Meute de chiens hurlants et de chasseurs en joie
Mesurant la bête, pas de leur forfait le poids.

Les chiens n’aboient pas dans le vallon mais ils gueulent
Non aux sangliers mais contre leurs snipers veules.
Queue frétillante, ils attendent enfin leur dû,
Eux, courageux, qui se sont si bien défendus.

Des chiens de race


COMMENTAIRES